“Villepin Slimes Chirac and Accuses Sarkozy”

The image “https://i1.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b4/Actionnariat_Lib%C3%A9.JPG/400px-Actionnariat_Lib%C3%A9.JPG” cannot be displayed, because it contains errors.
The battle for Libération. Source: Wikipedia in the language of Molière.

Clearstream: Villepin mouille Chirac et accuse Sarkozy. Libération — one of the newspapers cited by Ali Kamel of Globo here in Brazil as having benefited from the consulting services of the Innovation International Consulting Group — analyzes the latest developments in Clearstream II: The (Allegedly) Phony Dossier-Based Ratfink of Nicolas Sarkozy.

See also

I do love a good phony-dossier scandal. It has become my preferred subgenre of the so-called “literary journalism” lately.

There was quite a flap recently, by the way, led by a journalist from Le Monde, about a two-page spread that Libération recently ran on Microsoft’s X-Box.

“Le Phare” points out that the article parrots talking points from the marketing campaign for one of the latest game releases for the gizmo, and suggests that the Libération brand is being used as journalistic cover for sleazy Redmond stealth-marketing.

He makes a pretty plausible case, I find. Let me check into that flap a little more.

The Sartrean newspaper of record, debt-ridden failing, was bailed out by Edouard de Rothschild in 2005; its staff went on strike over the waves of layoffs that ensued, and Rothschild’s board representative, Serge July, finally tried to have the editor in chief borked in 2006.

He failed, and resigned from the board, but the new management brought in to run the paper provoked the resignation of many more senior journalists and editors — who declared, essentially, that the Libération of Jean-Paul Sartre was an empty shell of its former self.

Et voilá.

Innovation achieved.

Out with the Journalists 1.0.

In with the “innovation journalists” 2.0 and the Libération “news bureau” in Second Life — a subject on which the daily has published 70 articles this year.

The article has a certain Mainardian-tabloid tone to it that I do not remember sensing when I used to read the paper back in the 1980s and 1990s. It consists entirely of quotes from Villepin’s latest court filing, all of which the author finds implausible but none of which he subjects to fact-checking involving any actual legwork-based reporting.

Arguments from implausibility are the first refuge of a lazy journalist.

Dominique de Villepin ouvre son parapluie. Entendu ce jeudi pour la troisième fois dans l’affaire Clearstream, l’ex-Premier ministre n’avait plus qu’une personne lui évitant de prendre l’eau: l’ex-Président Jacques Chirac. Villepin a choisi de le mouiller, dans une note de 19 pages envoyée la veille aux juges d’instruction.

[tktktktk]

A l’entendre, Chirac était au courant de tout depuis le début. Après le rendez-vous initial du 9 janvier 2004, au cours duquel Dominique de Villepin avait reçu au Quai d’Orsay Jean-Louis Gergorin (vice-président d’EADS, futur facteur anonyme des listings Clearstream) et le général Rondot (électron libre des services de renseignement), il affirme avoir «informé le président de la République, au début de l’année 2004, dans le cadre de mes entretiens hebdomadaires et compte tenu de ses prérogatives particulières en matière internationale.» A ce stade, il n’aurait pas mis au courant Jean-Pierre Raffarin, faute de «disposer d’élements susceptibles d’être transmis au Premier ministre» de l’époque. De fait, les éléments transmis par Gergorin et Rondot étaient encore ténébreux.

[tktktktk]

Villepin nie toujours avoir donné le moindre feu vert à Gergorin en vue de transmettre, en mai 2004, des listings bancaires au juge Van Ruymbeke. Gergorin, soutenu par Rondot, maintient mordicus le contraire. Persuadé d’obtenir un non-lieu en matière de dénonciation calomnieuse (car il ignorait la fausseté des listings lors de leur remise par voie anonyme),Villepin tient surtout à se défendre de la moindre malgouvernance: «Le souci commun du président de la République et du gouvernement était d’être irréprochables quant aux actions engagées. Mais le choix était d’autant plus complexe que la situation était confuse»

[tktktktk]

Il revient longument sur la saisine de la DST, l’été 2004, Villepin ayant alors déménagé du Quai d’Orsay vers la place Beauvau – et Sarkozy de Beauvau à Bercy. C’est le principal point faible de sa défense: la justice étant alors saisie (avec ou sans sa bénédiction, peu importe), pourquoi mandater une enquête parallèle au contre-espionnage? Et pourquoi pas en avoir transmis le résultat à la justice?

[tktktktk]

Villepin affirme que la mission de la DST était purement «administrative», que ses «informations ont été partagées au plus haut niveau de l’Etat puisque, à chaque étape, le président de la République et le Premier ministre ont été tenus informés des recherches de la DST.» Coucou, revoilà Raffarin, enfin mis au parfum.

[tktktktk]

Quant à la non-transmission des rapports de la DST à la justice, Villepin s’en justifie au motif que le service «ne disposait pas d’informations suffisement probantes pour mettre en cause quiconque». Il n’aurait fait preuve que de «prudence».

[tktktktk]

La logique villepinienne se tient, mais pourquoi alors glisser, au détour de sa démonstration, cet extrait d’une note Rondot, selon laquelle «la DGSE a paniqué qu’on tombe sur les comptes Chirac et Hariri», l’ancien Premier ministre du Liban, intime du Président français? Dissuation atomique? A propos de la fameuse mention, «si nous apparaissons le PR et moi, nous sautons», Villepin dément mollement, affirmant qu’elle est «sortie de son contexte».

[tktktktk]

L’essentiel du fiel est réservé à Nicolas Sarkozy (lire ici), informé en temps réel des manœuvres en cours, qu’il accuse d’avoir «instrumentalisé» la justice par une victimisation à outrance: «Dès juillet 2004, lui-même et son entourage ont laissé se développer une campagne» en vue de «désigner le Président et moi-même.» Après le complot chiraquien contre Sarko, place au complot sarkozyste contre Villepin. Match très nul.

[tktktktk]

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s